Envoyer l'article Sur les sept dernières années, la SNCF a versé cinq fois des dividendes à son actionnaire l'État et réalisé une marge bénéficiaire récurrente de 2,1 milliards d'euros par an en moyenne, utilisée pour payer les intérêts de la dette et investir. La crise bancaire de 2008 ayant entraîné une baisse de l'activité de la SNCF, en particulier sur les TGV, la SNCF a passé trois grosses provisions comptables pour déprécier la valeur de ses actifs en 2009, puis 2011 et 2013 et ainsi anticiper une baisse durable et à long terme de sa rentabilité car la flotte de ses TGV (480 en tout) est devenue surcapacitaire. à mes amis

Envoi de l'article à mes amis sur Skyrock

Tu dois être identifié pour envoyer cet article à tes amis

Envoi de l'article par email aux amis de mon choix

Sépare chaque adresse email avec une virgule

Fermer cette fenêtre