Envoyer l'article Ces milliardaires qui sont partis de rien l d'avoir une petite fortune. De Vincent Bolloré à François Pinault, en passant par Bernard Arnault ou Liliane Bettencourt, le "top ten" des Français les plus riches est ainsi constellé de "fils de" ayant su faire fructifier, et parfois de fort belle manière, l'héritage familial. Mais il y a aussi ceux qui, fidèles au fameux rêve américain, ont démarré sans un sou. Kirk Kerkorian, fils d'immigré arménien Et puisqu'on parle de rêve américain, à tout seigneur, tout honneur ! Le milliardaire Kirk Kerkorian en est un des exemples les plus emblématiques. Self made man par excellence, il est né en 1917 dans une famille immigrée ayant fui l'Arménie pour cause de misère. C'est comme laveur de vitres qu'il démarre dans la vie, à 13 ans. Il sera ensuite boxeur, joueur de poker et aviateur pour la Royal Air Force pendant le second conflit mondial. Après la guerre, il rachète une petite compagnie aérienne assurant notamment des liaisons avec Las Vegas, qu'il revendra avec plus de 100 millions de dollars de plus-value. Sa fortune se construit à mesure que la ville devient la capitale mondiale du jeu, grâce aux terrains dans lesquels il a investi, aux hôtels et aux casinos qu'il construit. Il a moins de chance dans l'automobile : il fut actionnaire de General Motors et de Ford et y a dilapidé des sommes importantes. Joueur un jour, joueur toujours ! Mais malgré la baisse vertigineuse de la valeur de sa participation majoritaire dans les casinos Mirage depuis 2007, notre nonagénaire pèse encore 3 milliards de dollars. Pas si mal ! P Daddy, le roi des rappeurs Sean Combs a beau être né en 1969 dans le quartier noir et fauché de Harlem, à New York, la misère, c'est de l'histoire ancienne pour lui ! Il a connu ses premiers succès en tant que producteur de rap, lançant la carrière météoritique de Notorious BIG. Quand celui-ci est assassiné en 1997, Sean passe derrière le micro sous le nom de Puff Daddy pour un premier album qui rencontre un succès énorme : plus de 7 millions d'exemplaires vendus ! En 2011, il détrône Jay Z du classement des rappeurs les plus riches, mais n'est pas encore milliardaire, avec une fortune évaluée à "seulement" 475 millions de dollars. Un vrai magnat, dont les actifs sont répartis entre la musique (des parts dans le label Bad Boy), la marque de vêtements Enyce et des droits sur la vodka Cîroc. Asa Griggs Candler, l'homme qui transforma le Coca en or C'est en additionnant à du vin français de la feuille de coca et de la noix de kola que le pharmacien John Pemberton met au point en 1885 le French Wine Coca. L'année suivante, Atlanta décrète la prohibition et Pemberton fait une version sans alcool de son invention. C'est son comptable qui aurait trouvé le nom de Coca-Cola et la célèbre calligraphie de la marque. Mais Pemberton n'en verra pas le succès. Il meurt en 1888, non sans avoir cédé les droits de la marque à un certain Asa Griggs Candler pour... 2.300 dollars. Ce dernier retravaille la formule, se lance dans un marketing agressif de la marque et fonde The Coca Cola Company, qui sera revendue en 1919 à Ernest Woodruff pour 25 millions de dollars. Près d'un siècle plus tard, l'entreprise représente 35 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Tout cela parce qu'un pharmacien, vétéran de la Guerre de Sécession blessé au combat, cherchait à soigner ses maux de à mes amis

Envoi de l'article à mes amis sur Skyrock

Tu dois être identifié pour envoyer cet article à tes amis

Envoi de l'article par email aux amis de mon choix

Sépare chaque adresse email avec une virgule

Fermer cette fenêtre