Envoyer l'article sans se souvenir ; j'ai revisité mon passé. pour pouvoir me rappeler.une jeunesse passée trop vite.auparavant ; j'ai tout visité. maintenant je suis fatigué.il y'a trop pour s'en souvenir.si j'avais oublié d'où je venais.j'ai une chance inouïe des poèmes comme un repère.c'est la poésie qui me soulageait.le jour où j'avais dit. mon c½ur suffocant veut vous raconter. si t'as pleuré, j'en ai versé autant.mon fardeau de patience. est trop lourd pour le soutenir. mon avis trop égoïste.a besoin de le différer. je sais que tu ne regrettes rien.c'est ton droit, oh oublie moi.jouis pleinement ta vie.le bon vieux temps est ré voulu quand je prononce ton nom.j'imagine ton visage.quoique disparu, je le vois encore.si je suis éperdu sème la nouvelle.oh la fleur comprend moi.la vie est venimeuse.tout le passé de notre jeunesse.est parti sans se rendre compte.c'est maintenant que je le comprends.j'ai entendu le vrombissement de la voiture.j'avais su que le jour était venu.mon c½ur refusait de se taire.je lui ai écris une lettre.ma plume s'est attristée.je me suis battu avec l'espoir.si j'avais écrit ton nom sur les murs.j'avais été totalement désorienté.je n'avais pas su à qui s'en prendre.à elle ou bien à moi-même.ma vie est chamboulée.je questionnais mon c½ur. oh mon sort pleure amèrement.et tais-toi une fois fatiguée.j'ai l'habitude de veiller les nuits. fleur est bon dieu partie sans vraiment la connaitre.elle n'est qu'un songe nocturne.. à mes amis

Envoi de l'article à mes amis sur Skyrock

Tu dois être identifié pour envoyer cet article à tes amis

Envoi de l'article par email aux amis de mon choix

Sépare chaque adresse email avec une virgule

Fermer cette fenêtre