Envoyer l'article C'était l'oncle Martin, c'était l'oncle Gaston, l'un aimait les Tommies, l'autre aimait les Teutons. Chacun, pour ses amis, tous les deux ils sont morts... Moi, qui n'aimais personne, eh bien ! je vis encor! Maintenant, chers tontons, que les temps ont coulé, que vos veuves de guerre ont enfin convolé, que l'on a requinqué, dans le ciel de Verdun, les étoiles ternies du maréchal Pétain. à mes amis

Envoi de l'article à mes amis sur Skyrock

Tu dois être identifié pour envoyer cet article à tes amis

Envoi de l'article par email aux amis de mon choix

Sépare chaque adresse email avec une virgule

Fermer cette fenêtre